Contrôles renforcés, évaluations, médiation… Le gouvernement lance des mesures pour les Ehpad



Malgré l’abandon de la loi grand âge, le gouvernement n’abandonne pas les personnes âgées. C’est un peu le message qu’il a voulu faire passer, mardi 8 mars, en annonçant, à un mois du premier tour de la présidentielle, un plan d’action pour les Ehpad.

Plus de vigilance et transparence

Premier engagement, lancer un vaste plan de contrôle des 7 500 Ehpad de France dans les deux ans. « Il commencera par les établissements ayant déjà fait l’objet de signalements », précise le ministère chargé de l’autonomie. Jusqu’ici, en effet, les contrôles étaient insuffisants, irréguliers et pas assez inopinés. Dont acte.

→ DEBAT. Faut-il renforcer les contrôles dans les Ehpad ?

Cette opération de contrôle sera accompagnée d’un renforcement « pérenne et significatif », selon le ministère, des moyens humains accordés aux agences régionales de santé (ARS), les organes chargés, avec les conseils départementaux, des contrôles des établissements accueillant les aînés.

Vigilance donc, puis transparence. Le deuxième engagement concerne une meilleure connaissance du milieu des Ehpad. À l’image du site TripAdvisor, qui permet de sélectionner un hôtel pour des vacances en se basant sur des commentaires de voyageurs, dix indicateurs clés permettant d’évaluer et de comparer les Ehpad de France seront rendus accessibles au grand public pour l’aider à faire le meilleur choix au moment de placer son proche en maison de retraite.

Davantage d’évaluations

Parmi les critères évalués : le taux d’encadrement, le taux de rotation des personnels, le budget quotidien pour les repas par personne ou encore la présence ou non d’une infirmière de nuit ou d’un médecin coordonnateur spécifiquement alloué à l’Ehpad en question. Des interrogations « logistiques et matérielles » partagées de plus en plus par les familles depuis la sortie du livre-enquête Les Fossoyeurs, comme l’ont constaté de nombreux directeurs d’Ehpad.

Maltraitances dans les Ehpad, un électrochoc durable

Dans le même esprit, les établissements devront mettre en place un « nouveau référentiel d’évaluation » pour « favoriser la bientraitance » et mieux former, tout au long de leur carrière, les 400 000 professionnels du secteur. Ce qui ne se fera pas sans passer par une meilleure attractivité des métiers, admet le ministère, qui rappelle avoir revalorisé les salaires via le Ségur de la santé.

Plus de liens avec les familles

Les familles sont également au cœur d’un troisième engagement. Le gouvernement veut accentuer le travail de médiation au service des résidents, familles et professionnels en cas de litige. Il entend aussi renforcer le rôle des familles et des résidents dans le fonctionnement quotidien des Ehpad.

→ TEMOIGNAGES. Maltraitance ou incidents dus à la vieillesse ? Dans les Ehpad, des familles de résidents aux aguets

Concrètement, les conseils de vie sociale (regroupant familles, résidents et soignants), qui n’ont qu’un statut consultatif, devraient se voir confier un plus grand pouvoir de concertation et de décision. Pour l’instant, ces conseils sont opérationnels dans moins d’un Ehpad sur cinquante, d’après des études compilées par le collectif Touche pas mes vieux.

Enfin, pour le volet financier, le gouvernement montre la volonté de mieux réguler les pratiques tarifaires des groupes gestionnaires d’Ehpad commerciaux, en s’assurant du bon usage des fonds publics, afin « d’interdire leur optimisation » au profit des actionnaires, au détriment des résidents, défend le ministère.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *