Posted By admin Posted On

Coronavirus, ce qu’il faut savoir cette semaine : la vie d’avant ou presque


Une nouvelle étape du déconfinement a été franchie le 9 juin mais l’épidémie reste sous surveillance.

Bonjour,

Du monde dans les cafés, dedans, dehors, le collègue croisé à la cafet’, un billet d’avion réservé pour cet été… Cela ne ressemblerait-il pas à la vie d’avant ? Le 9 juin, une nouvelle étape du déconfinement a été franchie. Les indicateurs n’ont pas joué les trouble-fêtes et affichent toujours une décrue de l’épidémie. Il faut pourtant rester vigilant et prendre garde à la quatrième vague. Elle pourrait nous surprendre à l’automne. Et ce virus qui a tant bouleversé nos vies, connaîtrons-nous un jour son origine ? La piste de la fuite accidentelle du laboratoire chinois de Wuhan est relancée.

Bonne lecture,

Camille Lestienne, journaliste au Figaro

1. Le 9 juin, avant-dernière étape du déconfinement

Le service en salle reprend dans les restaurants. PASCAL ROSSIGNOL / REUTERS

Retour à la vie d’avant. «Cette vie nous avait tant manqué !», s’est exclamé hier sur Twitter Emmanuel Macron. Comme le président de la République, les Français ont renoué ce 9 juin avec ce qui ressemble à un quotidien précovidien. Des restrictions toutefois demeurent et seront levées tout à fait le 30 juin prochain. Le couvre-feu tout d’abord, est maintenu mais reculé à 23 heures. De quoi permettre aux restaurants et bars de retrouver leur clientèle alors que les salles intérieures rouvrent avec une jauge à 50%. «Les réservations sont élevées et certaines adresses font déjà le plein», se félicite d’ailleurs un représentant de la profession. Ceux qui pensent plutôt à préparer leur corps à l’épreuve du maillot de bain, peuvent de nouveau pousser les portes des salles de sport ou retrouver les joies du chlore et des pédiluves des piscines couvertes.

Les cinémas et les salles de spectacle profitent également du couvre-feu à 23 heures et d’une augmentation des jauges de 50 à 65% tandis que les parcs d’attraction rouvrent peu à peu. Enfin, pour l’entrée dans les stades et les salles de concert accueillant des événements à plus de 1000 spectateurs, le pass sanitaire entre en vigueur. Concernera-t-il les discothèques ? Ce serait «invraisemblable», assure un professionnel du secteur toujours dans l’attente d’une date de réouverture. Le 2 juillet pourrait sonner la fin du calvaire pour les établissements fermés depuis plus de quinze mois.

Retour au bureau. Le 9 juin signe aussi les retrouvailles avec les collègues. Les salariés sont invités à reprendre progressivement le chemin du bureau. Pas de règle fixée par le gouvernement mais la tendance générale dans les entreprises est de «deux ou trois jours de télétravail», constate le vice-président de la CPME. Rien de révolutionnaire quand nombre d’entre elles avaient déjà relâché les efforts avant la date officielle. Un télétravail que les entreprises devraient pérenniser par des accords avec les syndicats, car bouder ce mode d’organisation devenu usuel pourrait «ringardiser» leur image, selon un expert. Selon l’Association nationale des DRH (ANDRH), des salariés ont d’ores et déjà déménagé et mettent leur employeur «devant le fait accompli» tandis que des candidats résidant en province n’hésitent plus à postuler pour des postes en région parisienne sans avoir l’intention de s’y installer. «L’individuel ne doit pas prendre le pas sur le collectif», prévient toutefois Audrey Richard, la présidente de l’association. En attendant, les restaurants d’entreprise se préparent à reprendre leur activité avec un protocole allégé. Les salariés pourront dorénavant déjeuner à six autour d’une table.

Passer les frontières. Le retour à la vie d’avant signifie aussi partir. Et pour les vaccinés, c’est possible hors d’Europe depuis mercredi sans motifs impérieux pour un certain nombre de pays classés selon la circulation du virus. En théorie car, dans les faits, les pays eux-mêmes peuvent interdire leur accès aux touristes français. C’est par exemple le cas de l’Australie ou du Japon. «La réciprocité n’est pas un prérequis ni un préalable», reconnaissait la semaine dernière lors d’un point presse le secrétaire d’État au Tourisme. Pour les étrangers voulant entrer en France, un découpage en trois zones est également défini. Vaccin ou tests PCR, pour chacun des groupes de pays des règles spécifiques. Si les voyagistes peuvent se réjouir de la reprise de l’activité, le remboursement obligatoire en septembre des voyages réservés non effectués va peser lourd sur leur trésorerie. 1,6 milliard d’avoirs sont aujourd’hui en suspens selon l’Association Professionnelle de Solidarité du Tourisme (APST), qui craint une cascade de défaillances d’agences de voyage.

2. Où en est l’épidémie?

Taux d’incidence hebdomadaire du Covid-19 pour 100 000 personnes. Moyenne glissante sur 7 jours. FigData

C’est la décrue. Pas de mauvaise nouvelle alors que le pays entame sa troisième phase de déconfinement. Les indicateurs épidémiologiques sont toujours au vert avec une baisse continue des hospitalisations. Le seuil symbolique des 5000 cas par jour devrait même être atteint rapidement. Il ne s’agit pas pour autant de crier victoire. Le taux d’incidence, qui est sous la barre des 100 dans la plupart des départements, est en hausse dans plusieurs d’entre eux. L’alerte a été donnée dans les Landes où 31 cas de contamination avec le variant Delta ont été signalés. Pour le professeur Jean-François Delfraissy, l’été «devrait se passer dans des conditions plutôt satisfaisantes». Le président du Conseil scientifique s’attend toutefois à une reprise de l’épidémie à l’automne : «Ça sera une reprise, on peut l’appeler 4e vague, mais elle sera très différente des premières vagues, parce qu’on aura la vaccination», a-t-il assuré mardi au micro de RTL. En quoi sera-t-elle différente, a voulu vérifier Alexis Feertchak du Figaro. Le vaccin nous protégera à moins d’atteindre le plafond de verre de la vaccination. Et quid des possibles nouveaux variants ? De quoi rendre l’exercice de modélisation bien complexe.

Les chiffres à retenir

  • 2326 patients en soins critiques (-68 depuis la veille)
  • 13.526 patients hospitalisés (-458 depuis la veille)
  • 5557 nouveaux cas détectés en 24 heures
  • 65 décès en 24 heures

Source: Santé publique France au 9 juin

3. Le point sur la vaccination

L’objectif des 30 millions de Français primo-vaccinés pourrait être atteint le 13 juin. STEPHANE MAHE / REUTERS
  • 29 millions de personnes (43,4% de la population totale et 55,3% de la population majeure) ont reçu une première dose.
  • 13 millions de personnes vaccinées (soit 19,5% de la population totale et 24,9% de la population majeure)
  • 14,7 millions de personnes ont un schéma vaccinal complet

Source : Santé publique France au 9 juin

L’objectif des 30 millions de primo-vaccinés sera «franchi avec quelques jours d’avance», estime Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement. Soit avant le 15 juin. À cette date, les adolescents de plus de 12 ans pourront se faire vacciner. Une décision que le Comité national d’éthique (CCNE) juge trop rapide. «Est-il éthique de faire porter aux mineurs la responsabilité, en termes de bénéfice collectif, du refus de la vaccination (ou de la difficulté d’y accéder) d’une partie de la population adulte ?», s’interroge le CCNE qui pointe le bénéfice limité de la vaccination pour les enfants. D’autant que les doses sont nécessaires pour d’autres publics. Les personnes sévèrement immunodéprimées par exemple pourraient avoir besoin d’une quatrième dose alors qu’une troisième est déjà recommandée.

4. Le virus échappé d’un laboratoire chinois?

L’hypothèse d’une fuite accidentelle du virus depuis le laboratoire de virologie de Wuhan est de nouveau explorée. THOMAS PETER / REUTERS

Comme un boomerang. «Une fuite de laboratoire, à ce stade, c’est la seule hypothèse qui ait du sens», confie au Figaro David Asher, ancien directeur de l’enquête du Département d’État sur les origines de la pandémie de Covid-19. «Le 15 janvier dernier, notre enquête avait permis de dévoiler que plusieurs employés de l’Institut de virologie de Wuhan sont tombés très malades début novembre 2019, avec des symptômes ressemblant à ceux de la grippe ou du Covid», raconte-t-il alors que la piste de la fuite du laboratoire chinois a été relancée par le président américain Joe Biden. Pourquoi cette hypothèse déjà formulée dès le début de l’épidémie avait-elle été écartée ? Pour plusieurs raisons, décrypte Adrien Jaulmes, correspondant à Washington du Figaro. L’origine naturelle semblait évidente et semblable à celle d’autres épidémies. Elle a ensuite été catégoriquement rejetée par une étude du très sérieux Lancet tout en étant revendiquée par un Donald Trump aux déclarations souvent fantaisistes et contradictoires. En attendant, le Dr Fauci, le conseiller santé de Joe Biden, se trouve sur la sellette pour avoir trop longtemps refusé cette piste.

5. La citation

25% des services ont plus de 2,5 équivalents temps plein vacants et/ou plus de 30% de leur tableau d’emplois médicaux vacants.

Rapport du Collège des Enseignants de Médecine Intensive Réanimation

Il manque un à deux médecins dans chaque service de réanimation en France. C’est le constat des professionnels dressé dans le rapport du Collège des Enseignants de Médecine Intensive Réanimation que Le Figaro a publié le 4 juin en exclusivité. En conséquence, les soignants enchaînent les gardes trop fréquentes et s’épuisent. Un dysfonctionnement systémique que la crise du Covid n’a fait que révéler au grand public. En cause, un nombre trop réduit de postes d’internes ouverts chaque année par le ministère. Une surcharge de travail «routinière» qui touche aussi les infirmiers. «Chaque année, 20 à 30% de l’effectif infirmier quitte les services», note un médecin.

6. Le calendrier du déconfinement

La France est toujours sous couvre-feu, à un horaire plus tardif cependant. Il est interdit de sortir de chez soi entre 23 heures et 6 heures du matin, sous peine d’une amende de 135 euros. Il existe cependant des motifs dérogatoires pour lesquels une attestation doit être présentée.

Emmanuel Macron avait dévoilé le 29 avril le calendrier du déconfinement. Depuis le 3 mai, la restriction de déplacement au-delà de 10 km est levée tandis que les collégiens et lycéens ont rejoint leurs établissements. Le 19 mai, les terrasses des bars et restaurants ont rouvert tout comme les commerces non essentiels et les lieux culturels. Une nouvelle étape a été franchie le 9 juin avec le recul du couvre-feu à 23 heures, la réouverture des salles intérieures des restaurants et cafés ainsi que des salles de sport et des piscines couvertes. La dernière étape est attendue le 30 juin avec la fin du couvre-feu et la levée totale des jauges.

7. Les réflexes à conserver

Le virus se transmet par les gouttelettes et les aérosols. Les gestes barrières détaillés par le ministère de la Santé doivent être observés pour se protéger et protéger les autres:

  • Se laver les mains régulièrement ou utiliser du gel hydroalcoolique
  • Tousser ou éternuer dans le pli de son coude
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique
  • Porter un masque dans les espaces publics quand la distance de deux mètres ne peut pas être respectée
  • Respecter une distance d’au moins deux mètres avec les autres
  • Limiter au maximum ses contacts sociaux (6 maximum)
  • Eviter de se toucher le visage
  • Aérer les pièces le plus souvent possible, au minimum quelques minutes toutes les heures
  • Saluer sans serrer la main et arrêter les embrassades

8. Que faire en cas de symptômes ?

La maladie se manifeste par plusieurs symptômes, le plus souvent la toux et la fièvre.

Le plus important est de se faire tester. Selon les recommandations du ministère de la Santé, vous devez, en cas de symptômes, rester à domicile et contacter votre médecin qui vous prescrira un test. En attendant le résultat, vous devez vous isoler, porter un masque et préparer la liste des personnes que vous auriez pu contaminer.

À la semaine prochaine.

.

Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *