Covid-19, ce qu’il faut savoir cette semaine : Alerte Omicron


Le nouveau variant du Sars-Cov-2, identifié en Afrique du Sud, affole la planète.

Bonjour,

L’actualité Covid est dominée par l’annonce jeudi dernier de la découverte d’un variant hautement transmissible en Afrique du Sud. Déjà présent dans une dizaine de pays, le dénommé Omicron inquiète les scientifiques et les dirigeants. Avec un air de déjà-vu, les pays se claquemurent derrière leurs frontières, l’économie mondiale tremble et les laboratoires pharmaceutiques s’affairent. Faut-il avoir peur d’Omicron? Les vaccins auront-ils sa peau? Mais attention, «le vrai ennemi, c’est la cinquième vague avec le variant Delta», a tenu à rappeler Jean-François Delfraissy ce matin. Cette semaine, c’est 50 nuances d’Omicron ou presque.

Bonne lecture,

Camille Lestienne, journaliste au Figaro


1. Omicron sème la panique

Les compagnies aériennes ont suspendu de nombreux vols en partance de l’aéroport de Johannesburg le week-end dernier après la découverte du variant Omicron. SUMAYA HISHAM / REUTERS

Dans le monde. Il s’appelle Omicron, comme la quinzième lettre de l’alphabet grec. Après l’apparition de nombreux variants qui n’ont pas ou peu prospéré hormis le Delta devenu majoritaire, le variant B 1.1.529 du Sars-Cov-2 affole la planète. Détecté le 8 ou 9 novembre en Afrique du Sud, il a depuis été signalé dans une dizaine de pays d’Europe et d’Asie. Alors que l’OMS le juge «préoccupant», les pays imposent de nouvelles restrictions de voyage. Cela suffira-t-il à arrêter la progression du variant? Ce n’est pas une solution miracle mais les spécialistes s’accordent pour dire que la fermeture des frontières peut freiner la dynamique épidémique. Ce que l’on sait pour le moment de ce nouveau variant, c’est qu’il présente de nombreuses mutations inquiétantes et semble hautement transmissible. En Afrique du Sud, il prend le pas rapidement sur le variant Delta. Sa dangerosité cependant n’est pas encore connue ni sa capacité à contourner les défenses immunitaires. Et de là sa résistance au vaccin. Une autre possibilité est évoquée par des scientifiques: que le variant Omicron, plus transmissible mais moins létal prenne la place du variant Delta. Ce qui serait une bonne nouvelle, assez improbable toutefois selon les experts interrogés par Le Figaro.

En France. À la sortie du Conseil des ministres mercredi, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a annoncé le durcissement des conditions de voyage y compris pour les vaccinés. Il a par ailleurs précisé qu’il y avait actuellement 13 cas suspects de variant Omicron en France, et qu’il va y en avoir d’autres «dans les prochains jours, voire les prochaines heures». C’est le cas ce jeudi matin où un cas a été confirmé en Ile-de-France. Tout cas contact, même vacciné, d’une personne infectée par le nouveau variant devra s’isoler. Mais pour le moment, c’est le variant Delta qui provoque dans l’Hexagone une cinquième vague. «La situation sanitaire s’aggrave très nettement, et très rapidement sur notre territoire», a également souligné Gabriel Attal pointant une hausse de 40% des admissions à l’hôpital. Selon les nouveaux calculs des équipes de modélisation de l’Institut Pasteur, on pourrait atténuer les effets de la reprise épidémique grâce au maintien des gestes barrières et à la troisième dose de vaccin.

Les chiffres à retenir en France

  • 1886 malades en soins critiques (+62 depuis la veille)
  • 10.558 patients hospitalisés (+309 depuis la veille)
  • 49.610 nouveaux cas détectés en 24 heures (contre 32.591 mercredi dernier)
  • 96 décès en 24 heures (119.227 morts depuis le début de l’épidémie)

Source : Santé publique France au 1er décembre

2. Les vaccins à l’épreuve d’Omicron

Les vaccins seront-ils efficaces face au variant Omicron? DADO RUVIC / REUTERS

Troisième dose. Le gouvernement mise sur l’accélération de la campagne de rappel pour enrayer la progression de l’épidémie. Encore faut-il trouver un créneau pour se faire vacciner. Face à l’embouteillage constaté sur les plateformes de réservation, l’exécutif promet d’amplifier l’activité des centres de vaccination et une majoration des vaccinations à destination des pharmaciens qui vaccineraient le week-end. Toutes les injections nécessaires pourront avoir lieu d’ici «sept à huit semaines», souligne Olivier Véran. Bonne nouvelle: selon des données hospitalières, de tests et de vaccinations récentes, analysées par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), l’efficacité de la troisième dose est confirmée. Elle améliore la protection vaccinale à 95% environ. Pour le Conseil scientifique, le variant Omicron renforce l’importance de la troisième dose en France. «Tout ce qui sera fait contre Delta sera utile contre Omicron», a ainsi souligné le Pr Arnaud Fontanet lors de la conférence de presse lundi. «La protection sera probablement réduite, mais elle ne disparaîtra pas complètement», a de son côté rassuré l’infectiologue Yazdan Yazdanpanah. Les experts interrogés par Le Figaro vont dans le même sens: la troisième dose des vaccins actuels devrait protéger contre le variant Omicron.

Les chiffres à retenir en France

  • 52 millions de personnes ont reçu une première dose (77,1 % de la population).
  • 50,9 millions de Français ont un schéma vaccinal complet (75,5 % de la population).
  • 8,2 millions de doses de rappel administrées.

Source : Direction générale de la Santé au 1er décembre

Vaccination des enfants. Dans un avis publié mardi, la Haute Autorité de santé (HAS) recommande de vacciner les enfants à risque de forme grave de Covid-19 (maladie hépatique, cardiaque ou respiratoire chronique, pathologie neurologique, immunodéficience, obésité, diabète, hémopathie maligne, drépanocytose et trisomie 21). La formule pédiatrique du vaccin Pfizer, avec un dosage adapté, devrait être disponible en Europe à partir du 20 décembre. La HAS ne se prononce pas encore sur l’élargissement de la vaccination à tous les enfants de 5 à 11 ans. Il faudra alors mettre en balance un risque très modéré de forme grave chez l’enfant et l’intérêt général alors que le taux d’incidence flambe chez les enfants scolarisés.

3. La citation

Malheureusement ce virus ne va pas disparaître et nous allons devoir apprendre à vivre avec, comme nous l’avons fait avec la grippe. Des rappels annuels seront nécessaires.

Stéphane Bancel, président de Moderna

Interview. Stéphane Bancel, le PDG de Moderna, revient pour Le Figaro sur l’incroyable parcours de son entreprise fondée en 2010, ses ambitions, les spécificités de l’ARN messager, les espoirs pour les vaccins et la lutte contre le cancer. Au sujet d’Omicron, «il est possible que les vaccins existant soient moins efficaces contre ce variant, nous en saurons plus dans les semaines qui viennent», concède-t-il tout en détaillant les essais en cours pour adapter le vaccin à ARN messager à cette nouvelle mutation de Sars-CoV-2. Ceci dit, «compte tenu de l’incertitude autour de ce nouveau variant et de la cinquième vague, la priorité numéro un est à ce stade d’administrer au plus vite les rappels», rappelle-t-il.

4. Omicron va -t-il peser sur la croissance?

Transport aérien et tourisme s’inquiètent des répercussions du variant Omicron sur leur activité. LOREN ELLIOTT / REUTERS

Scénarios noirs. Avec la découverte d’Omicron et la fermeture des frontières, le secteur du transport aérien souffre déjà. Quant au tourisme, il tremble à l’approche des fêtes de fin d’année. «Les prévisions d’activité pour cet hiver sont complètement remises en cause, se désole auprès du Figaro, René-Marc Chikli, président du Seto, le syndicat des tour-opérateurs français. Une grande partie des tour-opérateurs espérait réaliser entre 50 % et 80 % de leur activité de 2019. Ce n’est plus d’actualité pour personne.» Le variant Omicron «pourrait représenter une menace pour la reprise» économique mondiale, a averti de son côté l’OCDE mercredi. Tandis que les économistes refont leurs calculs sur la croissance mondiale, les dirigeants de la planète oscillent entre prudence et alarmisme et les marchés financiers voient rouge, relate Florentin Collomp du service économie du Figaro. En France, la croissance est toujours au rendez-vous pour 2021 avec un PIB en hausse de 3% au 3e trimestre. Et pour la suite? Bruno Le Maire comme le Medef se veulent rassurants et refusent de céder à la panique. Les traiteurs, eux, réclament déjà le retour du «quoi qu’il en coûte». Selon une organisation professionnelle, plus de 430 réceptions ont été annulées en une semaine.

5. Passe et masques

Passe sanitaire. Le passe sanitaire est exigé pour se rendre dans les lieux de culture et de loisirs accueillant plus de 50 personnes (cinéma, théâtre, concerts, festivals, etc.). De même pour les restaurants, les bars, à l’intérieur comme à l’extérieur, dans les trains, les cars et les avions, les maisons de retraite et établissements médicaux. Les lieux de culte ne sont pas concernés. Il est obligatoire pour se rendre dans les centres commerciaux de plus de 20.000 m², si le taux d’incidence du département est supérieur à 200. Depuis le 30 septembre, les jeunes de 12 à 17 ans y sont également soumis. Pour rappel, le passe sanitaire n’est pas un certificat de vaccination. Pour qu’il soit valide, il faut être soit totalement vacciné (avec une dose de rappel au maximum sept mois après la dernière injection à partir du 15 janvier, 15 décembre pour les plus de 65 ans), soit présenter un test PCR ou antigénique négatif de moins de 24 heures ou une preuve de guérison (un test positif) de plus de 11 jours et de moins de 6 mois. Il se présente sous la forme d’un QR code stocké dans l’application TousAntiCovid ou sous format papier.

Le port du masque est toujours obligatoire dans les lieux clos soumis au passe sanitaire et à l’extérieur lorsque la distanciation n’est pas possible (marchés, files d’attente, quais de gares, etc.). Certaines communes ou départements ont réimposé le masque en extérieur. Depuis le 15 novembre, il est de nouveau obligatoire pour les enfants dans les écoles primaires situées dans tous les départements quel que soit le taux d’incidence.

Un certificat pour voyager. Depuis le 1er juillet, les Européens peuvent voyager plus facilement au sein du continent grâce à des preuves certifiées de vaccination ou de tests négatifs rassemblées dans un document unique. En format numérique ou papier. Attention cependant, chaque pays peut continuer d’appliquer des règles spécifiques.

6. Les réflexes à conserver

Le virus se transmet par les gouttelettes et les aérosols. Les gestes barrières détaillés par le ministère de la Santé doivent être observés pour se protéger et protéger les autres:

  • Se laver les mains régulièrement ou utiliser du gel hydroalcoolique
  • Tousser ou éternuer dans le pli de son coude
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique
  • Porter un masque dans les espaces publics quand la distance de deux mètres ne peut pas être respectée
  • Eviter de se toucher le visage
  • Aérer les pièces le plus souvent possible, au minimum quelques minutes toutes les heures
  • Saluer sans serrer la main et arrêter les embrassades

7. Que faire en cas de symptômes ?

La maladie se manifeste par plusieurs symptômes, le plus souvent la toux et la fièvre.

Le plus important est de se faire tester. Selon les recommandations du ministère de la Santé, vous devez, en cas de symptômes, rester à domicile et contacter votre médecin qui vous prescrira un test. En attendant le résultat, vous devez vous isoler, porter un masque et préparer la liste des personnes que vous auriez pu contaminer. Dans le cas où le test est positif, l’isolement doit durer 10 jours à compter des premiers symptômes.

À la semaine prochaine.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *