Covid-19, ce qu’il faut savoir cette semaine : la menace Omicron


Alors que le nouveau variant pourrait être dominant en Europe à la mi-janvier, les autorités veulent accélérer la campagne de rappel.

Bonjour,

Cinquième vague, sixième vague? On s’y perd alors que le variant Delta perturbe les fêtes de fin d’année et qu’Omicron menace d’être dominant à la mi-janvier en Europe. Le gouvernement pourrait annoncer de nouvelles mesures vendredi mais déjà les regards se tournent vers les vaccins globalement moins efficaces contre le nouveau variant. La troisième dose saura-t-elle faire barrière? Les premiers résultats venus du Royaume-Uni sont encourageants. Outre-Manche, Omicron est déjà responsable de 40% des contaminations. En France, la vaccination des enfants a démarré.

Bonne lecture,

Camille Lestienne, journaliste au Figaro


1. La sixième vague d’Omicron

Le gouvernement anticipe 4000 patients en réanimation autour des fêtes. PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

Prudence pour Noël. Alors que le nombre de contaminations s’envole, le gouvernement anticipe un nombre de patients en réanimation qui «devrait dépasser 3000 très rapidement et atteindre les 4000 autour des fêtes», a affirmé mercredi le porte-parole du gouvernement en sortie du Conseil des ministres. Selon Gabriel Attal, «de nouvelles décisions» pourraient être prises «d’ici à la fin de la semaine» en particulier sur la campagne vaccinale, le renforcement des contrôles aux frontières (notamment avec le Royaume-Uni) et les recommandations pour les fêtes de Noël. Un nouveau Conseil de défense sanitaire se tiendra vendredi après-midi, a confirmé l’Élysée. Le Conseil scientifique a d’ores et déjà partagé quelques conseils de prudence pour les fêtes de fin d’année: masque FFP2 pour les personnes âgées, détecteur de CO2 et dépistage le jour même.

Les chiffres à retenir en France

  • 2843 malades en soins critiques (+51 depuis la veille)
  • 15.062 patients hospitalisés (+243 depuis la veille)
  • 65.713 nouveaux cas détectés en 24 heures (contre 61.340 mercredi dernier)
  • 151 décès en 24 heures à l’hôpital et en Ehpad et EMS (120.983 morts depuis le début de l’épidémie)

Source : Santé publique France au 15 décembre

La menace Omicron. Mardi, Gabriel Attal, encore lui, annonçait un peu plus de 130 cas de variant Omicron en France. Malgré des données très parcellaires, l’OMS a donné dimanche des précisions sur ce nouveau variant du Sars-CoV-2 présent maintenant dans 63 pays. S’il ne semble, pour le moment, provoquer que de symptômes légers à modérés, Omicron est bien plus transmissible que Delta. Il devrait rapidement remplacer ce dernier. En Europe, il pourrait être dominant à la mi-janvier, a averti de son côté mercredi la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen devant le Parlement européen à Strasbourg. La vaccination seule «ne suffira pas», a mis en garde l’agence européenne des maladies tout en appelant au retour des restrictions.

2. Le vaccin à l’épreuve d’Omicron

La dose de rappel du vaccin Pfizer améliorerait la protection contre les formes graves de Covid. ERIC GAILLARD / REUTERS

Vaccin vs Omicron. Les vaccins actuellement sur le marché sont-ils efficaces contre le variant Omicron? Selon une étude réalisée en Afrique du Sud, le vaccin de Pfizer est globalement moins efficace contre le variant Omicron avec une protection de 30% seulement contre les contaminations et de 70% contre les cas graves de la maladie (90% contre Delta). Il faut se tourner vers le Royaume-Uni pour avoir des informations sur l’efficacité de la troisième dose. Selon les premiers résultats, les personnes ayant reçu un rappel avec le vaccin Pfizer retrouveraient une protection partielle contre la transmission du variant Omicron de l’ordre de 71 % à 75,5 %, en moyenne. Ce qui laisse présager une protection plus élevée contre les formes graves.

Nouveaux vaccins. Qu’en sera-t-il des nouveaux vaccins bientôt disponibles? La biotech franco-autrichienne Valneva compte distribuer le sien, en dose de rappel, dès avril 2022 tandis que Sanofi a annoncé mercredi un nouveau retard pour son vaccin à base de protéine recombinante. Si les données intermédiaires confirment l’efficacité du vaccin en «booster», le laboratoire français devrait publier les résultats finaux de son essai clinique durant le premier trimestre 2022 au lieu de fin 2021. Bonne nouvelle du côté de Pfizer qui confirme une baisse de 90% des hospitalisations et des décès chez les personnes à risque après la prise de sa pilule anti-Covid.

Troisième dose. Depuis hier mercredi, les personnes de plus de 65 ans doivent avoir fait leur dose de rappel dans les temps (maximum 7 mois après la précédente injection) pour conserver leur passe sanitaire. Environ 400.000 d’entre eux n’ont pas encore accompli la démarche. Le gouvernement veut accélérer la campagne de rappel et promet toujours d’atteindre l’objectif de 20 millions de doses de rappel administrées d’ici Noël. Quant à l’utilisation d’un faux passe sanitaire, elle peut provoquer des drames. Après le décès d’une femme de 57 ans faussement vaccinée, le ministre de l’Intérieur a précisé que 400 enquêtes étaient ouvertes pour démanteler des réseaux de faux passes. «Si vous disposez d’un faux passe sanitaire ou si vous faites croire que vous avez été vacciné, lorsque vous arrivez à l’hôpital parce que vous êtes malade, dites-le tout de suite, que votre entourage le dise», a exhorté le ministre de la Santé Olivier Véran mercredi lors d’une audition à l’Assemblée.

  • 52,4 millions de personnes ont reçu une première dose (77,7 % de la population).
  • 51,3 millions de Français ont un schéma vaccinal complet (76,1% de la population).
  • 16,7 millions de doses de rappel administrées.

Source : Ministère de la Santé au 15 décembre

3. Signal de départ pour la vaccination des enfants

La vaccination des enfants à risques de 5 à 11 ans a démarré mercredi en France (ici au Québec). ANDREJ IVANOV / AFP

Les enfants vaccinés. Mercredi, la vaccination des enfants de 5 à 11 ans a démarré. Pour le moment, seuls les enfants à risque de développer une forme grave de la maladie sont concernés. «Dans le cas de ces enfants, la balance bénéfice-risque penche clairement du côté du bénéfice», précise au Figaro le Pr Élisabeth Bouvet, présidente de la commission technique des vaccinations à la HAS. En revanche, la vaccination de toute cette classe d’âge continue de diviser les experts. Son rôle sur la circulation du virus reste contesté alors qu’il apparaît que le vaccin protège mal de la transmission. D’autres toutefois y voient un intérêt, rappelant que les cas de Covid pédiatrique sur des sujets sans comorbidités peuvent, rarement il est vrai, amener à l’hospitalisation. Les parents interrogés par Le Figaro sont tout autant divisés, certains hésitants, voire hostiles et d’autres favorables. «Savoir qu’il y a peu d’enfants qui décèdent, ça vous fait une belle jambe s’il s’agit du vôtre», confie une mère de famille. «Souhaitable», la vaccination des enfants ne sera pas obligatoire, a de nouveau précisé Emmanuel Macron hier soir lors de son interview télévisée. Pour les adultes en revanche, la piste de la vaccination obligatoire sera examinée. Le président estime toutefois que la France est déjà «quasiment» dans cette situation, compte tenu des 91% de majeurs doublement vaccinés.

4. Le Royaume-Uni mise sur la dose de rappel

Les autorités britanniques encouragent la population à se faire vacciner avec une dose de rappel le plus tôt possible. TOLGA AKMEN / AFP

«Get Boosted Now», a lancé Boris Johnson dimanche soir à la télévision. Le premier ministre, par ce slogan, a ainsi enjoint les Britanniques à recevoir leur troisième dose de vaccin «maintenant» alors que le Royaume-Uni affronte un «raz-de-marée d’Omicron». Les premiers cas n’ont été détectés qu’il y a deux semaines et pourtant Omicron est déjà responsable de 40 % des contaminations à Londres. Il devrait être le variant dominant dans le pays «d’ici quelques jours», a précisé le ministre de la Santé Sajid Javid. Le gouvernement a l’ambition de proposer une troisième dose à tous les adultes d’ici à la fin décembre en Angleterre. Avec 23 millions de Britanniques aujourd’hui vaccinés avec une troisième dose, il faudrait pour cela 1 million d’injections par jour, un défi qui suscite le scepticisme des acteurs de la santé, relate le correspondant à Londres du Figaro, Arnaud de La Grange.

5. La citation

Les femmes au pouvoir ont surtout davantage anticipé, mettant très rapidement en place une stratégie zéro Covid qui s’est révélée payante.

Frédéric Bizard, professeur d’économie à l’ESCP.

Bon point pour les femmes dirigeantes. Selon le classement de Covid resilience de Bloomberg, un quart des vingt pays ayant le mieux résisté à la déferlante Covid-19 ont à leur tête un leader féminin, alors que moins de 10% des États (21 États au monde sur 200) sont dirigés par une femme. «Ce n’est guère une surprise: plusieurs études montrent que les managers féminins ont de meilleurs résultats en entreprise, et plus encore en situation de crise, que leurs homologues masculins», confirme au Figaro Frédéric Bizard, professeur d’économie à l’ESCP. «Elles ont une qualité d’écoute, une grande capacité de médiation, un véritable pragmatisme, un ego en moyenne moins développé que les hommes ainsi qu’une résilience, voire une résistance aux conflits, sans compter qu’elles savent être frugales», estime de son côté Viviane de Beaufort, professeur à l’Essec. Des corrélations à manier avec beaucoup de précautions, souligne la journaliste Caroline de Malet. En effet, bien d’autres facteurs peuvent expliquer les performances de ces pays.

6. Passe et masques

Passe sanitaire. Le passe sanitaire est exigé pour se rendre dans les lieux de culture et de loisirs accueillant plus de 50 personnes (cinéma, théâtre, concerts, festivals, etc.). De même pour les restaurants, les bars, à l’intérieur comme à l’extérieur, dans les trains, les cars et les avions, les maisons de retraite et établissements médicaux. Les lieux de culte ne sont pas concernés. Il est obligatoire pour se rendre dans les centres commerciaux de plus de 20.000 m², si le taux d’incidence du département est supérieur à 200. Depuis le 30 septembre, les jeunes de 12 à 17 ans y sont également soumis. Pour rappel, le passe sanitaire n’est pas un certificat de vaccination. Pour qu’il soit valide, il faut être soit totalement vacciné (avec une dose de rappel au maximum sept mois après la dernière injection à partir du 15 janvier, 15 décembre pour les plus de 65 ans), soit présenter un test PCR ou antigénique négatif de moins de 24 heures ou une preuve de guérison (un test positif) de plus de 11 jours et de moins de 6 mois. Il se présente sous la forme d’un QR code stocké dans l’application TousAntiCovid ou sous format papier.

Le port du masque est toujours obligatoire dans les lieux clos soumis au passe sanitaire et à l’extérieur lorsque la distanciation n’est pas possible (marchés, files d’attente, quais de gares, etc.). Certaines communes ou départements ont réimposé le masque en extérieur. Depuis le 15 novembre, il est de nouveau obligatoire pour les enfants dans les écoles primaires situées dans tous les départements quel que soit le taux d’incidence et depuis le 7 décembre à l’extérieur comme à l’intérieur.

Un certificat pour voyager. Depuis le 1er juillet, les Européens peuvent voyager plus facilement au sein du continent grâce à des preuves certifiées de vaccination ou de tests négatifs rassemblées dans un document unique. En format numérique ou papier. Attention cependant, chaque pays peut continuer d’appliquer des règles spécifiques.

7. Les réflexes à conserver

Le virus se transmet par les gouttelettes et les aérosols. Les gestes barrières détaillés par le ministère de la Santé doivent être observés pour se protéger et protéger les autres:

  • Se laver les mains régulièrement ou utiliser du gel hydroalcoolique
  • Tousser ou éternuer dans le pli de son coude
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique
  • Porter un masque dans les espaces publics quand la distance de deux mètres ne peut pas être respectée
  • Eviter de se toucher le visage
  • Aérer les pièces le plus souvent possible, au minimum quelques minutes toutes les heures
  • Saluer sans serrer la main et arrêter les embrassades

7. Que faire en cas de symptômes ?

La maladie se manifeste par plusieurs symptômes, le plus souvent la toux et la fièvre.

Le plus important est de se faire tester. Selon les recommandations du ministère de la Santé, vous devez, en cas de symptômes, rester à domicile et contacter votre médecin qui vous prescrira un test. En attendant le résultat, vous devez vous isoler, porter un masque et préparer la liste des personnes que vous auriez pu contaminer. Dans le cas où le test est positif, l’isolement doit durer 10 jours à compter des premiers symptômes.

À la semaine prochaine.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *