Covid-19, ce qu’il faut savoir cette semaine : Omicron, ce trouble-fête


Avec la flambée des contaminations, le Covid perturbe une nouvelle fois les fêtes de fin d’année.

Bonjour,

L’an dernier, souvenez-vous, nous étions six à table et Mauricette se faisait vacciner devant les caméras. Cette année, pour les fêtes de fin d’année, le variant Omicron joue l’invité surprise et s’apprête à gâcher l’ambiance. Sa progression est fulgurante en France et ailleurs, mais Omicron est-il plus dangereux? Alors que la question est sur toutes les lèvres, des nouvelles rassurantes nous arrivent d’outre-Manche. En attendant, le passe vaccinal pourrait être installé plus vite que prévu et les centres de vaccination s’ouvrent aux enfants.

Bonne lecture et joyeuses fêtes à tous,

Camille Lestienne, journaliste au Figaro


1. Encore un Noël sous Covid

Le variant Omicron pourrait gâcher les fêtes de Noël et de fin d’année. LOREN ELLIOTT / REUTERS

Des records de contaminations. Alors qu’hier plus de 80.000 cas positifs étaient dénombrés, le ministre de la Santé a estimé que la France dépasserait les 100.000 contaminations par jour à la fin du mois. Selon Olivier Véran, Omicron «se multiplie à une vitesse telle qu’il arrive en même temps partout sur la planète». Il devrait être «majoritaire» en France «entre Noël et Nouvel an», a confirmé Gabriel Attal à l’issue du Conseil des ministres. Ce variant est-il plus dangereux? Les premiers signaux sont positifs au Royaume-Uni. Si l’impact de l’explosion du nombre de cas due à Omicron commence à se faire sentir sur les hôpitaux britanniques, la hausse des hospitalisations est moins forte que lors des précédentes vagues. En Afrique du Sud, où les contaminations commencent à refluer, la mortalité n’a pas été plus importante malgré l’emballement épidémique. Quant aux vaccins, ils continuent de protéger contre les formes graves, et la troisième dose limite même de 70 % les contaminations. Et si le Sars-CoV-2 devenait un virus saisonnier comme la grippe? C’est l’hypothèse que privilégient des scientifiques. «Je pense que ce virus va s’installer parmi nous de façon pérenne sur un mode saisonnier, en tout cas rien ne contredit cette idée. Ce qu’on ne sait pas, c’est dans quel délai», indique le Pr Astrid Vabret, chef de service du laboratoire de virologie au CHU de Caen. L’immunité formée avec le temps et les vaccins réduirait cependant les formes graves.

Les chiffres à retenir en France

  • 3147 malades en soins critiques (+51 depuis la veille)
  • 16.118 patients hospitalisés (+42 depuis la veille)
  • 84.272 nouveaux cas détectés en 24 heures (contre 65.713 mercredi dernier)
  • 170 décès en 24 heures à l’hôpital (122.116 morts depuis le début de l’épidémie)

Source : Santé publique France au 22 décembre

Que faire pour Noël? Alors que les réunions familiales et festives s’organisent tant bien que mal, le gouvernement a écarté pour le moment la piste des restrictions. Même les pères Noël, avec masques et gel, font leur possible pour préserver la magie des fêtes. Doses de rappel, tests, jauges: Le Figaro fait le point sur les questions que tout le monde se pose avant de s’installer autour de la table. Les centres de dépistage sont d’ores et déjà pris d’assaut par les Français, cas contacts ou soucieux de préserver leurs proches. Dans les Ehpad, malgré les recommandations de l’exécutif, des personnes âgées risquent de nouveau de passer les fêtes loin de leur famille. «Même s’il ne s’agit que d’une minorité d’Ehpad, c’est dramatique pour les personnes concernées. À leur âge, les jours, les années, comptent triple», fait valoir Pascal Champvert de l’AD-PA (Association des directeurs au service des personnes âgées).

Et à la rentrée? Jean Castex l’a annoncé vendredi dernier après un conseil de défense, le passe sanitaire va devenir un passe vaccinal qui ne pourra donc plus être activé par des tests négatifs. Et le calendrier est resserré: un conseil des ministres se réunira exceptionnellement le lundi 27 décembre pour examiner le projet de loi qui passera ensuite devant l’Assemblée nationale et le Sénat. Le gouvernement espère une adoption définitive dans la première quinzaine du mois de janvier. En revanche, le projet controversé de passe sanitaire en entreprise n’y figurera pas. En contrepartie, le télétravail devrait être renforcé. La ministre du Travail, Élisabeth Borne, appelle les entreprises à prévoir trois ou quatre jours de télétravail par semaine à partir du 3 janvier. Quant à l’élection présidentielle, elle sera maintenue, a promis le chef de l’État lors du Conseil des ministres mercredi. «Maintenant, il peut y avoir, évidemment, un travail sur l’organisation de l’élection», a toutefois précisé le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal. Mais la pandémie pèse déjà sur la campagne et accélère la mue numérique des candidats.

2. Vaccin: une première dose pour les enfants

La vaccination est désormais ouverte aux enfants de 5 à 11 ans en France. SEBASTIEN BOZON / AFP

Les enfants vaccinés. Depuis hier mercredi, tous les enfants de 5 à 11 ans, quel que soit leur état de santé, ont la possibilité de se faire vacciner. La Haute autorité de santé avait donné son feu vert lundi sur la base du volontariat et en proposant de privilégier les collégiens de moins de 12 ans. La troisième dose n’est encore pas ouverte aux enfants ni d’ailleurs aux adolescents. Elle remporte toutefois du succès auprès de la population éligible. Mardi, la France a franchi la barre des 20 millions de doses de rappel administrées. Par ailleurs, depuis l’annonce de la mise en place d’un passe vaccinal, les rendez-vous pour une première injection se sont multipliés. 9,1% des Français de plus de 12 ans n’ont encore aucune couverture vaccinale. En Israël, la campagne pour une quatrième dose va démarrer pour les plus de 60 ans et les soignants.

Les chiffres à retenir

  • 52,6 millions de personnes ont reçu une première dose (78,1% de la population).
  • 51,5 millions de Français ont un schéma vaccinal complet (76,5% de la population).
  • 21,2 millions de doses de rappel administrées.

Source : Ministère de la Santé au 22 décembre

Un cinquième vaccin. Lundi, l’Agence européenne des médicaments (EMA) et la Commission européenne ont donné leur feu vert à Novavax pour le déploiement d’un cinquième vaccin baptisé Nuvaxovid en Europe. Les études présentées à l’EMA montrent une efficacité «d’environ 90%» contre le Sars-Cov-2 mais on ne connaît pas ses résultats face au variant Omicron inconnu au moment des essais. Le nouveau vaccin repose sur une technologie de protéines recombinantes plus classique que celle de l’ARN messager. Ce vaccin pourrait convaincre les derniers récalcitrants qui se sont confiés au Figaro: certains pourraient se laisser tenter mais préféreraient tout de même le sérum de Valneva pas encore homologué. D’autres cependant, pour qui le combat est politique, ne sont pas prêts à céder.

3. Les gagnants du Covid

Avec la multiplication des tests, les laboratoires de biologie médicale font partie des grands gagnants de la crise du Covid. ERIC GAILLARD / REUTERS

Et les gagnants sont… Dans cette ambiance morose d’épidémie qui s’éternise et joue avec nos nerfs, les raisons de se réjouir se font rares. Et pourtant, pour certaines entreprises, la pandémie a été un moteur. Des superstars du vaccin aux fabricants d’écouvillons ou de supercongélateurs, Le Figaro fait le tour d’horizon de ceux qui sont les gagnants de la crise sanitaire. Les acteurs de l’événementiel, des voyages et des loisirs, sont en revanche en souffrance. Pour eux, l’État a mis en place de nouvelles mesures de soutien pour le mois de décembre.

4. Et ailleurs?

Europe. Face à la progression d’Omicron, l’Europe avance en marche dispersée. Les Pays-Bas reconfinent la population jusqu’au 14 janvier, l’Irlande est sous couvre-feu tandis que le Danemark ferme ses lieux culturels.

Outre-Manche. Le Royaume-Uni recommande la vaccination des enfants à risque de 5 à 11 ans avec la formule modifiée du vaccin anti-Covid Pfizer/BioNTech. Par ailleurs, alors que le pays connaît une flambée des cas, le gouvernement a écarté toute nouvelle restriction avant les fêtes. Il a même réduit de dix à sept jours la période d’isolement pour les personnes vaccinées ayant contracté le coronavirus.

Chine. La Chine a imposé mercredi un confinement à une ville de 13 millions d’habitants en raison d’un rebond épidémique. À Xi’an, une personne par ménage est désormais autorisée à sortir faire les courses «tous les deux jours» dans le cadre de la stratégie «zéro Covid» menée par la Chine à 44 jours des JO d’hiver de Pékin.

États-Unis. Selon les autorités sanitaires, l’espérance de vie des Américains a fortement chuté, passant de 78,8 ans en 2019 à 77 ans en 2020. Le Covid-19 a été la troisième cause de décès aux États-Unis en 2020, avec 350.000 morts – derrière les maladies cardiovasculaires et le cancer.

Monde. L’OMS met en garde sur l’illusion qu’il suffirait d’administrer des doses de rappel pour se sortir de la pandémie de Covid-19. «Des programmes de rappel sans discernement ont toutes les chances de prolonger la pandémie, plutôt que d’y mettre fin, en détournant les doses disponibles vers les pays qui ont déjà des taux de vaccination élevés, offrant ainsi au virus plus de possibilités de se répandre et de muter», a souligné Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé.

5. Passe et masques

Passe sanitaire. Le passe sanitaire est exigé pour se rendre dans les lieux de culture et de loisirs accueillant plus de 50 personnes (cinéma, théâtre, concerts, festivals, etc.). De même pour les restaurants, les bars, à l’intérieur comme à l’extérieur, dans les trains, les cars et les avions, les maisons de retraite et établissements médicaux. Les lieux de culte ne sont pas concernés. Il est obligatoire pour se rendre dans les centres commerciaux de plus de 20.000 m², si le taux d’incidence du département est supérieur à 200. Depuis le 30 septembre, les jeunes de 12 à 17 ans y sont également soumis. Pour rappel, le passe sanitaire n’est pas un certificat de vaccination. Pour qu’il soit valide, il faut être soit totalement vacciné (avec une dose de rappel au maximum sept mois après la dernière injection à partir du 15 janvier, 15 décembre pour les plus de 65 ans), soit présenter un test PCR ou antigénique négatif de moins de 24 heures ou une preuve de guérison (un test positif) de plus de 11 jours et de moins de 6 mois. Il se présente sous la forme d’un QR code stocké dans l’application TousAntiCovid ou sous format papier.

Le port du masque est toujours obligatoire dans les lieux clos soumis au passe sanitaire et à l’extérieur lorsque la distanciation n’est pas possible (marchés, files d’attente, quais de gares, etc.). Certaines communes ou départements ont réimposé le masque en extérieur. Depuis le 15 novembre, il est de nouveau obligatoire pour les enfants dans les écoles primaires situées dans tous les départements quel que soit le taux d’incidence et depuis le 7 décembre à l’extérieur comme à l’intérieur.

Un certificat pour voyager. Depuis le 1er juillet, les Européens peuvent voyager plus facilement au sein du continent grâce à des preuves certifiées de vaccination ou de tests négatifs rassemblées dans un document unique. En format numérique ou papier. Attention cependant, chaque pays peut continuer d’appliquer des règles spécifiques.

6. Les réflexes à conserver

Le virus se transmet par les gouttelettes et les aérosols. Les gestes barrières détaillés par le ministère de la Santé doivent être observés pour se protéger et protéger les autres:

  • Se laver les mains régulièrement ou utiliser du gel hydroalcoolique
  • Tousser ou éternuer dans le pli de son coude
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique
  • Porter un masque dans les espaces publics quand la distance de deux mètres ne peut pas être respectée
  • Eviter de se toucher le visage
  • Aérer les pièces le plus souvent possible, au minimum quelques minutes toutes les heures
  • Saluer sans serrer la main et arrêter les embrassades

7. Que faire en cas de symptômes ?

La maladie se manifeste par plusieurs symptômes, le plus souvent la toux et la fièvre.

Le plus important est de se faire tester. Selon les recommandations du ministère de la Santé, vous devez, en cas de symptômes, rester à domicile et contacter votre médecin qui vous prescrira un test. En attendant le résultat, vous devez vous isoler, porter un masque et préparer la liste des personnes que vous auriez pu contaminer. Dans le cas où le test est positif, l’isolement doit durer 10 jours à compter des premiers symptômes.

À la semaine prochaine.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *