EN DIRECT. Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron prend la parole sur le Champ-de-Mars


21 h 42 : [EMMANUEL MACRON] Le président arrive sur le Champ-de-Mars

Emmanuel Macron, donnant la main à son épouse, et entouré de jeunes, a traversé le Champ-de-Mars où ses partisans se sont rassemblés et où il doit s’exprimer après sa victoire au second tour de la présidentielle. Son arrivée s’est faite avec comme musique l’Hymne à joie, l’hymne européen, tout comme lors de la célébration de sa victoire en 2017 devant la Pyramide du Louvre.

21 h 40 : [ANALYSE] L’électorat de Yannick Jadot fait « front républicain »

Sans surprise, les électeurs de Yannick Jadot (4,6 % au premier tour) se sont très largement reportés vers Emmanuel Macron. Le candidat de gauche écologiste, personnellement plus proche du centre gauche que de la gauche antilibérale incarnée par Jean-Luc Mélenchon, avait clairement appelé « à faire barrage à l’extrême droite en déposant dans l’urne un bulletin Emmanuel Macron ».

► 21 h 34 : [ANALYSE] L’extrême droite unie dans les urnes

Dans la perspective du second tour, deux candidats avaient appelé à voter en faveur de Marine Le Pen (23,2 % au premier tour) : Éric Zemmour (7,1 %) et, comme en 2017, Nicolas Dupont-Aignan (2,1 %) afin de « faire barrage à Emmanuel Macron ». Sans surprise, les électeurs d’Éric Zemmour, dont le positionnement est davantage extrémiste que celui de Marine Le Pen, ont dans leur grande masse voté en faveur de cette dernière. Reste à savoir dans quel état de division l’extrême droite abordera les élections législatives de juin, avec un mode de scrutin qui ne lui est pas favorable (majoritaire uninominal à deux tours).

► 21 h 30 : [OUTRE-MER] Dans les Antilles, Marine Le Pen largement en tête

Elles avaient plébiscité Jean-Luc Mélenchon au premier tour, il y a deux semaines. Cette fois, les Antilles ont donné une large victoire à Marine Le Pen : la candidate du Rassemblement national obtient ainsi près de 70 % en Guadeloupe, et plus de 60 % des voix en Martinique et en Guyane. Un résultat qui témoigne surtout d’une franche opposition à Emmanuel Macron.

► 21 h 25 : [ANALYSE] Le « front républicain » tient à droite

Comme François Fillon il y a cinq ans, la candidate Valérie Pécresse avait explicitement indiqué qu’elle glisserait au second tour un bulletin Emmanuel Macron dans l’urne. Contrairement à 2017, le parti Les Républicains n’avait en revanche pas appelé « à voter contre Marine Le Pen », donc implicitement pour Emmanuel Macron, se contentant cette fois de déclarer qu’« aucune voix ne peut se porter sur Marine Le Pen ».

Le message a globalement été entendu par les électeurs de droite, dont plus de la moitié a toujours voté en faveur du président de la République sortant, même si une part un peu plus importante a opté pour la candidate d’extrême droite (23 % contre 18 %).

EN DIRECT. Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron prend la parole sur le Champ-de-Mars

► 21 h 22 : [RÉACTIONS] Un nouvel appel au ralliement pour Macron à droite

Présidente du conseil régional des Pays de la Loire, Christelle Morançais a appelé la droite à « savoir tendre la main, se rassembler et s’ouvrir » et à « aider » Emmanuel Macron. Entre les deux tours, plusieurs personnalités LR avaient déjà approuvé cette perspective défendue par l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy, notamment Guillaume Larrivé (député), Jean Rottner (président du conseil régional du Grand Est), Jean-François Copé (maire de Meaux), Jean-Luc Moudenc (maire de Toulouse) et Daniel Fasquelle (maire du Touquet et trésorier de LR).

► 21 h 20 : [ANALYSE] Le « front républicain » en trompe-l’œil de l’électorat Mélenchon

L’électorat de Jean-Luc Mélenchon, troisième avec 22 % des suffrages exprimés au premier tour, détenait une des clés du scrutin. La gauche antilibérale se trouvait face au même dilemme qu’il y a cinq ans. D’un côté, s’opposer au projet économique, social et écologique d’Emmanuel Macron. De l’autre, refuser le programme de Marine Le Pen sur l’immigration, la sécurité et l’identité.

Selon le sondage jour du vote Ifop-Fiducial pour le Groupe TF1, la part des électeurs de Jean-Luc Mélenchon ayant opté pour le « front républicain » a diminué par rapport à 2017 de 54 % à 42 %. En revanche, la part séduite par Marine Le Pen reste stable à 13-14 %. De fait, le candidat avait exhorté ses électeurs à ne « pas donner une seule voix à Mme Le Pen », sans trancher entre le vote Macron, blanc ou nul.

EN DIRECT. Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron prend la parole sur le Champ-de-Mars

► 21 h 15 : [DROITE] Les réactions de Valérie Pécresse et Christian Jacob

Valérie Pécresse félicite Macron et s’inquiète du score du RN. La candidate LR à la présidentielle a adressé sur Twitter ses « félicitations républicaines à Emmanuel Macron ». « Sa victoire ne doit pas masquer les fractures de notre pays conduisant Marine Le Pen à un score inédit », a insisté Valérie Pécresse. La candidate LR, qui a récolté moins de 5 % des votes lors du premier tour de l’élection, appelle son camp à se concentrer sur les élections législatives à venir, autour d’une « droite engagée pour défendre le projet de redressement dont la France a besoin ».

Pour le président du parti Les Républicains Christian Jacob, « jamais il n’y a eu un tel vote de désespérance en France ». « En additionnant les voix qui se sont portées aux extrêmes, c’est un cri d’alerte, un vote de désespérance », qui est, selon le député, « le résultat de l’action de la majorité parlementaire d’Emmanuel Macron ».

► 21 h 10 : [RÉCAP] Les informations essentielles de cette soirée électorale

Emmanuel Macron sort vainqueur de l’élection présidentielle, avec 58,5 % des voix selon les dernières estimations Ifop-Fiducial pour TF1-LCI. Sa rivale Marine Le Pen obtiendrait 41,5 % des voix. La candidate RN promet de « poursuivre le combat ». « Les idées que nous représentons arrivent à des sommets », a-t-elle déclaré.

C’est maintenant la bataille des législatives qui commence. Celles-ci auront lieu les 12 et 19 juin prochains. L’enjeu, pour les différents partis politiques, sera de faire entrer un maximum de députés à l’Assemblée nationale pour former une opposition.

Selon Jean-Luc Mélenchon, arrivé troisième au premier tour de cette élection présidentielle, Emmanuel Macron est le président « le plus mal élu de la Ve République ». Le chef de la France Insoumise a déploré « un océan d’abstention, de bulletins blancs et nuls ».

► 21 h 08 : [INTERNATIONAL] Les responsables politiques étrangers félicitent Emmanuel Macron

Au Royaume-Uni, le premier ministre Boris Johnson a réagi à la réélection d’Emmanuel Macron en se disant « heureux de continuer à travailler ensemble ». En Italie, le président du conseil des ministres, Mario Draghi qualifie la victoire d’Emmanuel Macron de « magnifique nouvelle pour toute l’Europe ».

Sur Twitter, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen lui adresse « toutes [ses] félicitations pour [sa] réélection à la présidence de la République. Je me réjouis de pouvoir continuer notre excellente coopération. Ensemble, nous ferons avancer la France et l’Europe ».

Le premier ministre belge Alexander De Croo estime que les Français « ont opté pour des certitudes et pour les valeurs des Lumières. Je félicite chaleureusement Emmanuel Macron pour sa réélection et lui confirme notre besoin d’une Europe forte et solidaire. Nous serons au rendez-vous », a-t-il déclaré sur Twitter.

Le chancelier allemand Olaf Scholz a réagi dans un tweet : « Vos électeurs ont également envoyé un engagement fort à l’Europe aujourd’hui. Je suis heureux que nous continuions notre bonne coopération ! »

► 21 h 05 : [ANALYSE] Emmanuel Macron en marche pour un second mandat

En remportant le second tour avec 58,5 % des voix, Emmanuel Macron est le premier président de la République à être réélu depuis 20 ans et la victoire de Jacques Chirac en 2002. Ce nouveau mandat promet de s’inscrire dans la continuité de son premier quinquennat, dont le président a défendu le bilan tout au long de la campagne.

► 21 h 02 [LÉGISLATIVES] Ségolène Royal appelle la gauche à se rassembler autour de Jean-Luc Mélenchon

Ségolène Royal a rappelé que la victoire d’Emmanuel Macron était due au « vote barrage », et que continuer à exercer le pouvoir de la même manière constituerait une « grave erreur » du président réélu. Elle a également fustigé la gauche, victime d’un « esprit de chapelle » qui l’a rendue incapable de se rassembler. L’ancienne ministre de l’environnement a appelé sa famille politique, mais aussi « les humanistes, la génération climat et les jeunes » à se réunir autour de Jean-Luc Mélenchon, qui a « réussi l’exploit de presque se qualifier au second tour ».

► 21 h 00 [RÉSULTATS] Le score d’Emmanuel Macron réévalué à la hausse par les dernières estimations

D’après une estimation d’Ifop-Fiducial pour TF1 et LCI, Emmanuel Macron l’emporterait avec 58,5 % des voix, contre 41,5 % pour Marine Le Pen. Son score progresse donc légèrement depuis 20 heures : l’institut de sondage avait alors donné le président sortant gagnant avec 58 % des voix.

EN DIRECT. Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron prend la parole sur le Champ-de-Mars

► 20 h 52 [LÉGISLATIVES] Éric Zemmour appelle à l’union avec le RN, LR et DLF

Éric Zemmour a déploré la défaite du « bloc national », qu’il a assimilé à une « défaite pour la France ». Soulignant que les Le Pen avaient perdu huit élections, il s’est interrogé sur l’inéluctabilité de la défaite de l’extrême droite avant de chercher à galvaniser ses partisans : « Nous avons des raisons d’espérer ! » Le candidat d’extrême droite a ensuite appelé à l’union de la « droite nationale » pour les élections législatives, incluant dans cette catégorie le RN, Debout la France et ceux de LR qui « ne veulent pas aller avec Macron ».

► 20 h 45 [PARIS] Une manifestation sauvage à l’annonce des résultats

Des manifestants opposés aussi bien à Emmanuel Macron qu’à Marine Le Pen se sont rendus au Forum des Halles à Paris. Le cortège a été dispersé par les forces de l’ordre. Les manifestants se dirigent actuellement vers la place de la République.

► 20 h 43 [MAJORITÉ] Les principales réactions de l’entourage politique d’Emmanuel Macron

Le ministre des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, présent au Champ de Mars, a parlé d’une « grande satisfaction », saluant les « Français qui se sont mobilisés pour défendre nos valeurs ». Il a toutefois reconnu que « l’enjeu des cinq ans qui viennent » était de réparer la fracture démocratique.

Éric Dupond-Moretti, ministre de la justice, a quant à lui déclaré qu’il était désormais temps de se tourner vers les législatives. La réélection du président sortant « symbolise aussi la force que la France veut prendre en Europe. Je suis frappé du nombre de messages de mes collègues européens qui exprimaient leur inquiétude face à une éventuelle victoire de Marine Le Pen », a-t-il assuré.

Le ministre de la santé Olivier Véran a, de son côté, exprimé sur BFMTV « une immense reconnaissance aux Français qui se sont déplacés ». D’après le ministre de la santé, il y aura un « changement de méthode », « nous n’aurons pas le droit à l’erreur » dans les cinq ans qui viennent a souligné le ministre.

Pour Bruno Le Maire, le résultat est « clair et net » et donne un mandat « solide » au président réélu pour les cinq ans qui viennent. Dans le même temps, le ministre de l’économie assure que le nouveau mandat devra aussi « entendre » les électeurs qui ont manifesté leur volonté d’aller plus vite notamment sur les questions écologiques.

Barbara Pompili s’est dite « contente » que les Français aient donné une large victoire au président sortant, tout en concédant que le niveau d’abstention et le bon résultat de Marine Le Pen devaient être pris en compte. « Un second mandat, c’est un second souffle », a-t-elle déclaré, espérant qu’Emmanuel Macron allait poursuivre ses réformes, notamment sur l’écologie, un « sujet d’avenir ».

► 20 h 40 [ÉDITO] Une victoire et un avertissement

Emmanuel Macron est parvenu à se faire réélire, une première depuis vingt ans. Mais le scrutin a mis en lumière les profondes fractures de la société française. ↓

► 20 h 35 [ENTRETIEN] Pour Jean-Yves Dormagen, « l’abstention risque d’être utilisée par les oppositions pour contester l’élection d’Emmanuel Macron »

Pour le professeur de sciences politique, la nouvelle tripartition – entre La France insoumise, le Rassemblement national et La République en marche – ne peut pas être correctement représentée dans un système institutionnel prévu pour une alternance bipartisane. Un « désajustement » qui risque de coûter politiquement au président de la République.

► 20 h 30 [JEAN-LUC MÉLENCHON] : « Macron est le plus mal élu des présidents de la Ve République »

« Madame Le Pen est battue, la France a refusé de lui confier son avenir », a déclaré Jean-Luc Mélenchon à l’issue des résultats de ce second tour, ajoutant que « Macron est le plus mal élu des présidents de la Ve République ». Le chef de la France Insoumise a évoqué « un océan d’abstention, de bulletins blancs et nuls ». Il a appelé les Français à voter aux élections législatives, le 12 et 19 juin prochain.

EN DIRECT. Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron prend la parole sur le Champ-de-Mars

► 20 h 28 [ANALYSE] Marine Le Pen en force dans des Outre-mer

Pour la première fois, Marine Le Pen est majoritaire dans plusieurs départements ou territoires d’Outre-mer ayant voté dès samedi 23 avril en raison du décalage horaire. Plusieurs raisons expliquent la chute d’Emmanuel Macron en Guadeloupe, Martinique et Guyane. D’une part, une crise sociale persistante. D’autre part, une opposition aux mesures sanitaires, avec les taux de vaccination les plus faibles de France.

Au premier tour, c’est Jean-Luc Mélenchon qui avait été plébiscité : 51 % en Guyane, 53 % en Martinique, 56 % en Guadeloupe. Durant la campagne, Marine Le Pen s’était d’ailleurs rendue en Guadeloupe, théâtre de violences fin 2021-début 2022. Elle avait promis : « Jamais je n’abandonnerai la Guadeloupe Ni à l’extrême gauche violente et antidémocratique. Ni à ceux qui ont gouverné et qui ont échoué. Kimbé red, an ka vini ! », ce qui signifie en créole « Tenez bon, j’arrive ! ». Pas cette fois.

EN DIRECT. Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron prend la parole sur le Champ-de-Mars

► 20 h 24 [RÉACTION] Marine Le Pen promet de « poursuivre le combat »

« Un grand vent de liberté aurait pu se lever sur le pays. Le sort des urnes en a voulu autrement », a regretté Marine Le Pen dans son discours. Malgré la défaite, « les idées que nous représentons arrivent à des sommets. Avec plus de 43 % des voix, le résultat représente une éclatante victoire », a-t-elle lancé.

« Enterrés, nous l’avons été mille fois et mille fois l’histoire a donné tort à ceux qui prévoyaient notre disparition », a insisté la candidate d’extrême droite. Assurant que le résultat de l’élection constitue « le témoignage d’une grande défiance du peuple français » face aux responsables français et européen, Marine Le Pen s’est dit décidée à incarner « une opposition qui va continuer à les défendre et à les protéger ». Et pour sa part, a-t-elle promis, « je poursuivrai mon combat pour la France et les Français ».

EN DIRECT. Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron prend la parole sur le Champ-de-Mars

Dans la foulée, la candidate du RN a annoncé qu’elle entamait la « grande bataille électorale des législatives », cherchant à consolider son statut d’opposante principale à Emmanuel Macron. Elle a fustigé ceux qui « prétendaient être l’opposition et ont contribué à le faire réélire », dans une allusion au front républicain, et appelé à la mobilisation des Français pour faire entrer une majorité de députés RN à l’Assemblée nationale.

► 20 h 23 [Ve RÉPUBLIQUE] : Les précédents présidents de la République réélus

Emmanuel Macron (58 % selon les estimations Ifop-Fiducial pour le Groupe TF1) est le premier président de la République sortant réélu au suffrage universel direct, hors sortie d’une période de cohabitation.

Charles de Gaulle a été réélu en décembre 1965 (55 %), mais en 1958 il avait été désigné par un collège de grands électeurs, et non par un vote populaire. François Mitterrand a été réélu en mai 1988 (54 %), après la cohabitation avec la droite (gouvernement Chirac). Jacques Chirac a été réélu en mai 2002 (82 %), après la cohabitation avec la gauche (gouvernement Jospin), et dans le contexte de la première qualification de l’extrême droite au second tour.

En revanche, les Français n’ont pas renouvelé leur confiance à Valéry Giscard d’Estaing en 1981 (48 %) puis à Nicolas Sarkozy en 2012 (48 %).

EN DIRECT. Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron prend la parole sur le Champ-de-Mars

► 20 h 22 [EN DIRECT DES QG] La déception des militants RN

C’est sous les huées des militants du Rassemblement national, regroupés au Pavillon d’Armenonville, dans le 16e arrondissement de Paris, qu’est apparu le visage d’Emmanuel Macron lors de l’annonce des résultats à 20 heures.

► 20 h 18 [RÉACTION] Louis Alliot souligne le bon score du RN

Louis Alliot, maire RN de Perpignan, présent sur le plateau de France 2, a remis en perspective la défaite de Marine Le Pen en remerciant les « millions d’électeurs, sûrement entre 14 et 15 », qui ont voté pour la candidate d’extrême-droite. Au vu de ces résultats, « il va falloir que la classe politique fasse son auto-critique », a-t-il conclu.

Le porte-parole de Marine Le Pen s’est projeté vers les élections législatives en prônant « un bloc populaire » contre « un bloc élitaire », au soir de la défaite de la candidate de son parti au second tour de l’élection présidentielle. « Le débat sur l’extrême droite ne fonctionne pas, il va falloir que toute la classe politique fasse face aux critiques. Il n’y a pas 42 % de gens qui sont d’extrême droite en France », a jugé Louis Aliot sur France 2, redoutant « un troisième tour social qui se fera dans les rues ».

20 h 15 : [PARTICIPATION] L’abstention estimée à près de 30 % au second tour

Les instituts de sondage ont revu à la hausse le taux d’abstention de ce second tour. Il est estimé à 29,8 % par OpinionWay pour CNews et Europe 1. Selon l’Ifop-Fiducial pour TF1 et LCI, le taux atteindrait 28,2 %. Un record depuis 1969, d’autant plus marquant que l’abstention est en hausse par rapport au premier tour, alors que la participation augmente normalement pour la finale. En 2017, elle atteignait 25,44 %.

► 20 h 12 [ANALYSE] Un score record pour l’extrême droite

En dépit d’une nouvelle défaite face à Emmanuel Macron, Marine Le Pen donne à l’extrême droite lepéniste son score national le plus haut (42 % selon les estimations Ifop-Fiducial pour le Groupe TF1). Ce succès dans l’échec s’explique pour des raisons endogènes, la présence d’Éric Zemmour dans la campagne du premier tour ayant, en miroir, contribué à la « dédiabolisation » de la fille de Jean-Marie Le Pen.

Il s’explique aussi pour des raisons exogènes, son adversaire de second tour n’incarnant plus la rupture et le renouvellement mais la continuité et la défense d’un bilan. Ces deux facteurs ont écorné le « front républicain » contre l’extrême droite. L’enjeu pour Marine Le Pen est désormais de confirmer aux élections législatives de juin sa place de première opposante à Emmanuel Macron, malgré un mode de scrutin défavorable (uninominal à deux tours). En 2017, le RN (ex-FN) n’avait obtenu que six députés et deux apparentés.

EN DIRECT. Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron prend la parole sur le Champ-de-Mars

► 20 h 10 : [ANALYSE] Emmanuel Macron réélu mais Marine Le Pen progresse

Objectif rempli pour Emmanuel Macron, premier président de la République sortant réélu au suffrage universel direct, hors sortie d’une période de cohabitation. Après un quinquennat marqué par les crises – politique avec les « gilets jaunes », sanitaire avec la pandémie de coronavirus, internationale avec la guerre en Ukraine – le chef de l’État a bénéficié à la fois de la légitimité de sa stature présidentielle et, même amoindri puisque Marine Le Pen progresse, d’un effet « front républicain » contre l’extrême droite.

Emmanuel Macron le sait bien : cette réélection ne vaut pas blanc-seing pour ses convictions d’inspiration néolibérales (âge légal de départ à la retraite porté à 65 ans, baisse des dépenses publiques afin d’atteindre un déficit inférieur à 3 % du PIB en 2027), qu’il a d’ailleurs teintées de social et d’écologie entre les deux tours.

EN DIRECT. Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron prend la parole sur le Champ-de-Mars

► 20 h 05 : [RÉSULTATS] Tous les instituts donnent Emmanuel Macron largement réélu

Comme l’Ifop, les estimations des autres instituts de sondages concordent pour annoncer une large victoire d’Emmanuel Macron. Selon OpinionWay pour CNews et Europe 1, le président sortant l’emporterait avec 58 % contre 42 % pour la candidate d’extrême droite. Harris Interactive-Toluna pour M6 et RTL annonce également une large réélection du président sortant avec 57,3 % contre 42,7 %.

► 20 heures : [RÉSULTATS] Emmanuel Macron vainqueur de l’élection présidentielle avec 58 % des voix

Le président sortant serait réélu avec 58 % des suffrages exprimés, soit 16 points de plus que sa concurrente, Marine Le Pen, d’après les estimations d’Ifop-Fiducial pour TF1 et LCI. La candidate du RN aurait quant à elle rassemblé 42 % des voix.

Si ces chiffres sont confirmés, il s’agirait d’une victoire confortable pour Emmanuel Macron, plus nette que ce que prédisaient les sondages menés juste après le premier tour, mais conforme à ce qu’ils prévoyaient à la veille du second. En 2017, l’écart avait été toutefois nettement plus important, avec 32,2 points d’avance pour le candidat de La République en marche, qui avait obtenu 66,10 % des suffrages contre 33,90 % pour Marine Le Pen.

► 19 h 30 : [REPORTAGE] Pourquoi ils sont allés voter
Les journalistes de La Croix ont pris la température dans des bureaux de vote à Maizières-lès-Metz, Paris et Nantes.

► 19 h 15 : [INSTITUTIONS] Quels sont les pouvoirs du président de la République ?

S’il faudra attendre le résultat des élections législatives des 12 et 19 juin 2022 pour découvrir le nouveau paysage politique national, le président qui sera désigné ce soir disposera des importants pouvoirs que lui accorde la Ve République. Déclaration de guerre, engagement dans les institutions européennes ou gardien de la Constitution : La Croix explore les domaines régaliens où le rôle du chef de l’État est décisif.

► 19 heures : [REPORTAGE] En Guadeloupe, un second tour sans entrain

Des températures estivales, peu d’affluence aux bureaux de vote et des rues désertes : à Saint-Louis, sur l’île de Marie-Galante, l’ambiance était plutôt à l’abstention. « On a toujours l’impression de ne rien peser. Longtemps d’ailleurs les premières estimations de la présidentielle paraissaient à la télévision, alors même que nous étions encore en train de voter, à cause du décalage horaire », se remémore Jean-Christophe.

18 h 50 :[PROGRAMMES] Entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, des programmes aux fondamentaux très différents

Sur la famille, l’Europe, les finances publiques ou encore l’immigration, les programmes des candidats déploient deux visions différentes de la société… Là où Emmanuel Macron infléchit ou poursuit des actions déjà engagées durant son quinquennat, Marine Le Pen appelle des ambitions radicales, qui demandent souvent de réviser en profondeur de la Constitution du pays.

⇒ 18 h 35 : [ESTIMATION] Comment est calculé le taux de participation annoncé à midi et 17 h ?

26,41 % à midi, 63,23 % à 17 heures : les taux de participation annoncés à midi, puis à 17 heures, sont inférieurs de quelques points à ceux qui avaient été enregistrés lors de l’élection présidentielle de 2017. Ces chiffres correspondent en réalité à des estimations, réalisées sur la base de remontées transmises par des « bureaux tests », comme l’a expliqué le ministère de l’intérieur à La Croix.

► 18 h 30 : [EN DIRECT DES QG] Suivez nos journalistes dans les QG des candidats

Nos journalistes Gauthier Vaillant (@gauthvaillant) et Corentin Lesueur (@corentin_les) sont respectivement présents aux QG d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen pour suivre la soirée électorale du second tour. Pour chacun des candidats, des centaines de journalistes, français et étrangers, sont accrédités.

► 18 h 30 : [PARTICIPATION] L’abstention devrait atteindre 28 % au second tour

L’abstention atteindrait 28 % au second tour, d’après les estimations des sondeurs d’Ipsos Sopra-Steria, de l’Ifop, d’Harris interactive et d’Elabe. Un record depuis 1969, d’autant plus marquant que l’abstention est en hausse de près de deux points par rapport au premier tour, alors que la participation augmente normalement pour la finale. En 2017, elle atteignait 25,44 %, 2,5 points de moins que l’estimation pour l’élection de 2022.

► [ÉTAT DES FORCES] Ce que révèlent les résultats du premier tour

En tête dans plus de 20 000 communes, Marine Le Pen a finalement recueilli plus de 8,1 millions de suffrages (23,15 %) le soir du premier tour, devancée par Emmanuel Macron qui a su rassembler près de 9,8 millions de votants (27,85 %). Les éventuels reports des voix de Jean-Luc Mélenchon (7,7 millions de voix, 21,95 %) seront donc décisifs pour départager les deux finalistes.

► [CARTE] Les résultats dans votre ville en direct sur le site de La Croix à partir de 20 heures

Bienvenue dans ce direct consacré à la soirée électorale du second tour de l’élection présidentielle 2022. Dès 20 heures, vous retrouverez les premières estimations, suivies des analyses de nos journalistes ainsi que des réactions des candidats et de leur entourage.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *